Tout savoir sur l’évaluation des entreprises cotées en bourse

Photo of author

By Web Ranking

Si vous êtes un chef d’entreprise, il est essentiel de faire l’évaluation des sociétés afin de faire de bonnes affaires. Cela est nécessaire si votre entreprise est cotée en bourse. C’est un excellent moyen pour bien se positionner sur le marché, hausser la valeur de votre entreprise et attirer les investisseurs.

On peut le déterminer par la capitalisation boursière, les revenus multipliés ou le multiplicateur de gains. Plusieurs autres méthodes peuvent être utilisées.

Évaluation d’une entreprise : qu’est-ce que c’est ?

Une évaluation d’entreprise est un processus de détermination de sa valeur marchande à un moment précis.

Au cours d’un processus d’évaluation, tous les domaines d’une entreprise sont analysés. On cherche à déterminer sa valeur et celle des départements et/ou unités qui la composent.

On estime la valeur de vente de l’établissement, on évalue ses actifs, on analyse sa fiscalité, ses statuts, et sa clause d’exclusion s’il y en a.

Quelles sont les méthodes d’évaluation des entreprises cotées en bourse ?

Il existe plusieurs méthodes d’évaluation des entreprises cotées en bourse. La méthode la plus populaire est la capitalisation boursière. C’est la méthode la plus simple. Il est calculé en multipliant la valeur numéraire de l’action de la société par son nombre total d’actions en vigueur.

Pour le cas de Microsoft Inc, le 3 janvier 2018, il s’échangeait à 86,35 $. Avec un nombre total d’actions en circulation de 7 715 milliards, la société pourrait être évaluée à 86,35 $ x 7 715 milliards. Donc à plus de 666 190 milliards de dollars.

Il existe une autre méthode intitulée la méthode des revenus multipliés. Elle est basée sur un flux de revenus générés dans une période déterminée. Dans la pratique, cette méthode est appliquée à un multiplicateur qui dépend de l’industrie et de l’environnement économique.

Pour illustration, prenons le cas d’une entreprise technologique qui peut être évaluée à 3x son chiffre d’affaires par rapport à une entreprise de services qui ne peut être évaluée qu’à 0,5 x.

A découvrir :  Comment créer une page entreprise sur LinkedIn ?

Vient après, la méthode de multiplicateur de gains, appelée également multiplicateur de bénéfices. Elle fait aussi ses preuves et est souvent utilisée. Elle permet d’obtenir une image plus précise de la valeur réelle d’une entreprise.

Cela s’explique par le fait que les bénéfices d’une entreprise présentent l’indicateur le plus fiable de son succès financier que par ses chiffres d’affaires. Cette méthode de multiplicateur de gains projette les bénéfices futurs.

On peut ajuster le flux de trésorerie qui pourrait être investi par rapport au taux d’intérêt actuel dans la même période. De façon explicite, elle ajuste le ratio P/E actuel pour tenir compte des taux d’intérêt actuels.

On ne peut parler des méthodes d’évaluation des entreprises sans connaître la méthode des flux de trésorerie actualisés. Cette méthode est semblable au multiplicateur de bénéfices. Elle est basée sur des projections de flux de trésorerie futurs.

Ces derniers sont ajustés pour obtenir la valeur marchande actuelle de l’entreprise. La différence entre les deux méthodes est que la méthode DCF prend en compte l’inflation pour calculer la valeur actuelle.

L’avant-dernière méthode est la valeur comptable. On parle de la valeur des capitaux propres d’une entreprise telle qu’elle apparaît dans le bilan. La valeur comptable est obtenue en soustrayant le total des passifs d’une entreprise de son actif total.

La dernière méthode d’évaluation d’une entreprise est la valeur de liquidation. Il s’agit de la somme nette qu’une entreprise recevra si ses actifs vont être liquidés et ses passifs vont être payés au moment où on fait l’évaluation.

Ce ne sont que des exemples des méthodes d’évaluation d’entreprise utilisées actuellement. Vous pouvez avoir d’autres méthodes qu’on n’a pas abordées.

 On peut citer :

  • La valeur de remplacement ;
  • Les valeurs de rupture ;
  • L’évaluation basée sur les actifs ;
  • Etc.

Pourquoi faut-il procéder à l’évaluation de votre entreprise cotée en bourse ?

L’évaluation d’une entreprise cotée en bourse a lieu lorsqu’une opération particulière est envisagée. Cela peut arriver lors d’un partenariat ou d’une vente.

A découvrir :  Contrat de partenariat commercial auto-entrepreneur : les détails !

Cependant, l’évaluation de votre affaire devrait être établie même en l’absence d’un changement à prévoir à court terme. C’est idéal de le faire pour mieux piloter et adapter les finances de votre entreprise.

Elle vous place dans une bonne position de réactivité face aux nombreuses opportunités qui peuvent se présenter. Voici les avantages dont regorge ce processus :

Faire connaître la valeur de votre entreprise sur le marché représente les infos de base sur le dirigeant

Toute entreprise est une entité qui s’achète et qui se vend. Il est nécessaire pour le dirigeant de savoir quelle position son entreprise occupe sur le marché. Ainsi, on a une idée sur la valeur qu’elle représente.

Pour les grandes entreprises cotées en bourse, la valorisation est capitale. Il suffit de connaître le cours de bourse et on aura la valeur de l’affaire.

Pour avoir une bonne cote en bourse, il faut que la valeur boursière soit supérieure ou égale au cours de bourses multipliées par le nombre d’actions composant le capital social.

Mieux conduire votre entreprise

L’autre avantage d’évaluer votre entreprise cotée en bourse est d’être efficace dans la gestion de votre affaire. Avoir connaissance de la valeur de votre entreprise va permettre de vous situer sur le marché et orienter votre stratégie.

Vous allez pouvoir dynamiser le management de votre entreprise, repérer les éventuelles insuffisances et décider des actions à mener pour les surmonter.

Disposant du diagnostic global, du business plan réalisé, il vous sera plus aisé d’agir auprès de vos différents partenaires. L’évaluation vous permettra de recadrer la stratégie de votre entreprise et la rendre plus performante sur le marché.

Hausser la valeur de votre entreprise

Un autre avantage de l’évaluation de votre entreprise est l’accroissement de sa valeur en mieux gérant votre affaire après avoir eu une connaissance accrue des forces et des faiblesses de votre société.

A découvrir :  Le crowdfunding : tout savoir sur le sujet

Faciliter le développement de votre entreprise et obtenir les financements

Partant d’un bon plan d’affaires minutieusement préparé et réaliste, incite les prêteurs à vous faire confiance. De là, ils vous accordent les financements souhaités.

L’évaluation encourage les partenaires financiers à investir. Lorsque vous gérez une société à fort potentiel, il vous faut recourir à des financements de plus en plus importants.

Toutefois, ces financiers vont procéder à une étude approfondie de votre société avant de vous accorder un prêt. L’étude approfondie concerne la rentabilité, la solidité financière et le potentiel de développement de votre entreprise. La négociation va être plus facile si vous avez déjà fait la démarche d’évaluation de votre côté.

Être prêt à répondre à toute éventuelle proposition

Dans un environnement économique incertain, il est difficile de gérer et de prévoir à long terme. Vous devez être prêt à réagir rapidement si une opportunité se présente sur le marché. Valoriser votre entreprise vous place dans une position favorable dans une éventuelle proposition de partenariat.

Céder l’entreprise et rechercher un repreneur

Au cas où vous envisagez de céder votre entreprise, l’évaluation est indispensable avant d’entamer une négociation avec le futur repreneur. Les professionnels de la transmission d’entreprise conseillent aux cédants de se préparer plusieurs années à l’avance.

Cela permet de présenter un bon aspect de son entreprise en cas de besoin. Également, il faut se conformer à la législation fiscale.

L’entreprise est un bien patrimonial. L’ensemble des actions ou parts qui composent son capital social doit être évalué. Ainsi, la valeur réelle de ses titres constitue l’assiette d’un certain nombre d’impôts qu’il devrait être réglé pour espérer un bon preneur.